Comment définir l’économie du bonheur ?

rouble russe

Tout le monde se passionne pour le sujet du bonheur. Le rapport Stiglitz met en avant les limites du PIB en tant qu’indicateur de mesure de l’évolution des sociétés et des pays. Celui-ci montre des dimensions se rapprochant de la notion de ‘bien-être’ et de ‘soutenabilité’ de l’économie. Pour sa part, l’ONU a insisté sur une évolution de l’IDH durant les 20 dernières années.

Des indicateurs d’évolution

Ces indicateurs ont permis d’observer l’évolution d’un pays sur la durée. Ils favorisent la mesure des politiques publiques instaurées visant à améliorer les résultats. Pour beaucoup de pays, ils vont même jusqu’à l’appeler Ministre du bonheur ou CHO (Chief Happiness Officer). Ces études ont permis aussi de rouvrir la discussion entre les puristes et ceux qui sont favorables à l’intégration de mesures individuelles à propos d’un bonheur subjectif.

Un nouvel outil

Dernièrement, la Fabrique Spinoza propose un nouvel outil qui permet de voir en quelques clics l’indice personnel du bonheur. Il peut être comparé avec un indicateur national pour avoir une publication trimestrielle baptisée ITBF (Indicateur Trimestriel du Bonheur des Français).

Une progression faible du PIB

Au cours de leurs recherches scientifiques, les écoles disciplinaires avancent plusieurs points majeurs. Outre le PIB de 15 000 euros/habitant, il n’y a qu’une faible progression autour du niveau de bonheur d’un pays. Aussi, il est important de souligner que ‘l’argent ne fait pas le bonheur’. Les scientifiques notent que même si les revenus annuels s’élèvent à plus de 75 000 USD/habitant, beaucoup de personnes ne sont plus satisfaites émotionnellement par rapport à leur niveau de vie.

Trois facteurs

Sur le point psychologique, il existe trois facteurs qui contribuent au bonheur : la première est de nature héréditaire, la seconde est relative au confort de vie et la dernière est associée à la liberté d’orienter sa vie afin de trouver son bonheur. Mais les neurosciences indiquent que la méditation, le don, la gratitude, l’écoute, l’empathie, le pardon et la comparaison sont aussi des facteurs importants d’émotions positives.