Création d entreprises par les étudiants : une loi pour la faciliter

L’Assemblée nationale a reçu une proposition de loi pour l’’ assouplissement de l’entrepreneuriat étudiant venant de la Confédération Nationale des Junior-Entreprises ou CNJE, qui pense que marier les études et l’entrepreneuriat est difficile. Les Junior-Entreprises ou JE sont installées chez les grandes écoles et des Universités afin que les étudiants puissent mettre en pratique l’enseignement théorique reçu en effectuant des études pour le compte de clients divers et variés, comme les PME, les grandes entreprises ou les collectivités. Leurs tarifs sont très compétitifs, vu qu’elles sont à but non lucratif. Cependant, accomplir leurs missions est assez difficile pour les étudiants-entrepreneurs. En effet, il y a déjà les méandres de l’Urssaf qu’ils doivent affronter par exemple. Aussi, il faut savoir que leurs doubles statuts ne sont pas compatibles aux structures d’enseignement.

De ce fait, la CNJE, par le biais de Jean-Pierre Decool et Bernard Gérard, députés Les Républicains du Nord, ainsi que 55 députés, exige un demi-million d’anciens juniors entrepreneurs depuis 1969 et 165 structures en France via cette proposition de loi qu’elle a déposée à l’Assemblée nationale.

L’objectif repose sur la défense de la réorganisation et de la simplification des charges sociales pour les étudiants, porteurs d’un projet entrepreneurial. Ce texte a été aussi initié pour que les décrochages scolaires puissent être évités, et recommande un vrai statut comme les sportifs de haut niveau. De nombreuses entreprises, notamment Alten et Ernst & Young approuvent cette proposition de loi.

Partenaire: sciforma