La beauté du bois brûlé pour une façade

La technique du bois brûlé pour rénover une façade est aujourd'hui tendance, elle est appelée aussi Shou Sugi Ban pour sa provenance japonaise. Ce n'est pourtant pas une nouveauté, car la technique du bois brûlé est utilisée depuis des lustres. Elle permettait autrefois de protéger naturellement le bois. Actuellement, c'est plutôt son aspect esthétique qui est privilégié bien que ses vertus restent toujours d'actualité.

Un véritable engouement mondial

La méthode consiste à brûler le bois en surface pour lui apporter une protection durable et naturelle. La plus simple technique est d'utiliser un chalumeau. L'idée, c'est que la couche supérieure du bois calciné forme une sorte de coque, l'oxygène ne passe plus. C'est complètement écologique. Le second avantage est sa durée de vie, elle est de 80 ans sachant qu'un bardage traditionnel dure environ 30 ans, le bois brûlé a plutôt de l'intérêt. De plus la couleur ne risque pas de griser, la teinte charbonneuse durera dans le temps, un effet esthétique très appréciable. Le cèdre est le bois qui est utilisé pour cette technique.

Les adeptes de la décoration l'ont adopté

En effet, en fonction de la technique (plus ou moins brûlé), il est possible d'obtenir plusieurs tons pour le noir. Les matériaux fascinent par cette couleur profonde tour à tour mate ou brillante. D'origine japonaise, le bois brûlé peut s'installer à l'extérieur d'un bâtiment (façades, clôtures), à l'intérieur (plafond, meubles, murs, plancher). Cette technique s'impose progressivement et, même si en France cela reste encore timide, quelques maisons s'habillent de bois brûlé. Côté prix, sachant que la technique reste encore limitée, la vente du bois brûlé n'est pas démocratisée, il faut compter entre 10 et 70 euros le m². Sachez que vous pouvez le faire vous-même à condition d'être bien équipé et d'être patient. Un bon bois brûlé demande du temps et de la dextérité.