Les ventes de livres de 2014 ont baissé

livre numerique

En 2014, les ventes de livres numériques ont progressé de 18 %, sauf que les ventes globales d’ouvrages ont baissé de 0,7 % en volume.

Représentant la grande majorité des ventes en France, c’est-à-dire 92 %, le marché du livre imprimé neuf a rencontré une baisse de -1,4 % en valeur, soit -1,7 % en volume d’après une étude TNS Sofres pour le ministère de la Culture, présentée publiquement lors des 3ème Rencontres nationales de la librairie, qui se sont tenu à Lille les 21 et 22 juin dernier.

e book gratuitConcernant les livres numériques, leurs ventes ont augmenté de +18 % en valeur, soit +13 % en volume, par rapport à l’année dernière. Cela représente donc 2,3 % du marché global en valeur, soit 2,8 % en volume.

Un prix du livre de 10 euros en moyenne

Les ventes de livres d’occasion ont aussi augmenté de +6 % en valeur et +3 % en volume. Cette branche constitue 6 % du marché global en valeur, soit 14 % en volume. Leur prix était resté stable, c’est-à-dire 10 euros en moyenne. Les prix des livres d’occasion entre 2000 et 2010 étaient légèrement supérieurs à celui-ci, c’est-à-dire entre 11,25 euros et 11,60 euros. Environ 53 % des Français qui ont de 15 ans et plus se sont procuré un livre au moins l’année dernière. Après eux viennent les gros acheteurs qui constituent 23 % des personnes qui achètent des livres d’occasion.

Les indépendants doivent être soutenus

Les gens achètent surtout des livres dans les librairies et les maisons de la presse, ainsi que dans le réseau des grandes surfaces culturelles. Après eux viennent les grandes surfaces non spécialisées et les ventes par internet. Lors des Rencontres nationales qui se sont tenues à Lille, Fleur Pellerin, la ministre de la Culture a affirmé que les librairies indépendantes représentent une entité plutôt favorable. Elle souhaite que ces librairies se renforcent et continuent à parfaire la relation entre le libraire et le lecteur, qu’un site internet ou un algorithme ne pourra jamais substituer.